Actu

Cliquez pour agrandir

La prochaine exposition d’Antoine au château Vargoz de Sérignan
et pour la première fois en France

la performance “Neuronal Reminiscence”



Consultez le dossier de presse :


Intention :

Pour cette exposition que l’on pourrait traduire par “Et… vous avez tous cela en tête?”, une question qui lui fut posée de façon récurrente, ces dernières années, quand il présenta son travail. Antoine-Emmanuel propose une exploration du paysage mental de l’artiste. Une exposition divisée en plusieurs parties. Comme autant de régions cérébrales à stimuler. Antoine-Emmanuel présente ici un travail multimédia, fruit de nombreuses années de recherches.

Dans la première partie, qui stimulera principalement le lobe occipital (celui de la vision et de la perception des couleurs) vous découvrirez une série de toiles grands formats, «  Incroyable, Red curtain, And… You hold this in your mind » etc. Des œuvres colorées, oniriques.
Des photo-montages utilisant la technique de la digigraphie et magnifiés par un travail de vernis sélectif, de dessin et de peinture exécutés à la main par l’artiste.

Dans la deuxième partie, stimulant le lobe frontal (celui du raisonnement, des résolutions de problèmes, des traits émotionnels, du jugement et de la réflexion) vous découvrirez les toiles de la série « Crazy littlle things » et « Mangattack ». Des œuvres, toujours des exemplaires uniques, qui invitent à la réflexion sur des sujets sociétaux et humanistes.

Dans la troisième partie, stimulant le lobe pariétal (celui de l’orientation spatio-temporelle) vous découvrirez l’installation vidéo « Androïdes & the blue planet ». Un voyage d’anticipation vers le futur.

Enfin dans la quatrième partie, pour stimuler le lobe temporal (celui de la mémoire, de l’audition, du comportement et de la compréhension du langage) vous assisterez à la performance « Neuronal réminiscence ». Qui aura lieu le soir du vernissage le samedi 11 mai à 21h30. Une performance durant laquelle Antoine mixera des images vidéo en direct projetées sur un tableau de 3 x 3,40 m, peint en niveau de gris, qui ainsi prendra vie en couleur. Il sera accompagné par la Dj Lady Jean Grey au mix musical. Une performance exceptionnelle de 27 mn.
Qui du sample du son de la planète terre, en vortex se structure pour créer de la musique. Un voyage sensoriel dans l’espace et le son primordial, qui évolue, mute, en rencontrant l’humain.

Mais que se passe t’il dans la tête d’un artiste ? Bien sur ici ce n’est pas une réponse exhaustive, ni une réponse qui pourrait s’appliquer à tous les artistes. Mais plutôt un polaroïde, un IRM des pensées d’Antoine-Emmanuel.
Comme il le dit :
«Il y a le foisonnement des idées, des images, la nécessaire intention d’organiser le chaos tout en lui laissant une place pour s’exprimer. La recherche technique, la recherche utopique de la beauté mais aussi le sujet à trouver, à réinventer.
L’administratif, la paperasse, orgiaque en France, qui prend tant de temps au détriment de la création. La pression commerciale et la nécessaire productivité qui est imposé à l’artiste. Une masse de data à gérer à digérer pour vivre, pour en extraire un substra-rtistique.
Et, la vie ! Sortir, partager, aimer, se cultiver, nourrir son cerveau et son corps. Voyager, faire la fête, dormir, déprimer, rire.
Mais jamais ne lâcher son projet, toujours le cerveau travail. On note les idées, on dessine, on test. Et on travail encore et encore. L’isolement. Personne avec qui partager le flux et la saturation. Comment expliquer? Cela prend trop de temps, et le temps c’est pour les œuvres ! Il faut avancer.
Et l’argent, comment faire ? Si il y en a, on investi, on imprime, on achète du matériel, on paye les factures, on donne à l’état, on mange un peu. Mais c’est bon, on s’accroche. Une œuvre de plus… Et on continue encore, le temps passe, sans dormir, sans vivre, tout à son art,
notre capricieuse maîtresse nous vampirise.
Et l’ego ! Le public veut connaître l’artiste, veut un nom, un visage, un style. Mais non ! Pas de temps pour ces conneries. Le star système je vous le laisse. Depuis longtemps, j’ai mis un masque. J’ai une signature, un Kangi et surtout mes œuvres sont reconnaissables. Le Moi, je m’en fou, on s’en fou! Que vous me connaissiez ou pas. Tant que les œuvres vivent, tant que certains y trouvent du plaisir et se perdent dans ces rêves colorés.
C’est tout ça et bien plus ! Cette exposition et une invitation à partager les méandres du cortex
artistique. Entre ressenti et contrainte, entre structure et chaos. Entre action et réflexion.
La quête utopique de l’œuvre parfaite, contenant la sacro-sainte trinité : l’ équilibre entre
la technique / le concept / l’esthétisme.
Et, les rêves, comment ne pas parler des rêves? Essentiels, primordiax, sources d’inspirations
inépuisables, qui sont souvent le point de départ de mes œuvres. En effet cela fait des années que je travail sur les rêves et l’inconscient. Comment les nourrir ? Par la lecture, le voyage, les arts.
Comment les maîtriser, s’en souvenir et les intégrer dans mes œuvres.
Autant de questions, de problématiques, qui au quotidien saturent le cerveau, mais qui au final certainement de façon inconsciente nourrissent les œuvres et en font leur originalités.

Oui, il y a tant dans l’esprit d’un artiste. De la révolte, des idéaux, des rêves, du relationnel, de la comptabilité pour équilibrer les comptes, entre taxes impôts, coût de la production, location d’atelier et comme pour le reste du monde payer, la nourriture ,son toit, les assurances, l’électricité, le web, l’eau et bientôt l’air, notre quotidien à tous…
Pourtant tel un schizophrène l’artiste doit créer une bulle pour toucher la quintessence de la création. S’extraire du quotidien, le fantasmer, l’idéaliser, le critiquer, l’analyser. L’hypersensibilité, permet de voir, ressentir et transformer en « œuvres » des émotions. Sans business plan, pour l’amour de l’art et des anciens maîtres, pour le partage avec la nouvelle génération. Transmettre à tout prix le beau, quel que soit le prix. Pour l’humanisme et pour la foi en l’être humain, dans le respect de notre belle planète bleue.

Une exposition c’est partager avec le public, dans un espace d’exposition grandiose et à l’accès gratuit. Pour partager des visions humanistes, les offrir dans un écrin accessible au plus grand nombre, d’où mon choix d’opter pour la figuration narrative. Offrir la beauté où on ne l’attend pas, une émotion primaire qui se vit. Des couleurs, des formes, des effets, pour offrir un moment onirique avec un soupçon d’humanisme. Une contre-culture à priori.
Cette exposition a été réalisée avec des fonds personnels, au sacrifice d’un quotidien plus soyeux, comme souvent. Et, c’est avec plaisir que je peux vous présenter ce travail en toute liberté, sans censures, sans contraintes de modes ou pressions commerciales, juste pour le plaisir
de partager. Une exposition gratuite pour votre plaisir.
Cette exposition au château Vargoz, espace magnifique si il en est, n’aurait existé sans mes soutiens, et j’en profite pour les remercier, la ville de Sérignan, l’association Château Vargoz son Président et notamment Lionel Laussedat, Nathalie Albaladejo, Olivier Camen, Claude Simard, Jean Frontera et surtout Tara aka Dj Jean Grey mon amour et mon soutien inconditionnel.
Mais assez de blah blah, je serais là, à votre disposition pour répondre à vos interrogations. Ainsi que pour vous accompagner lors de visites de groupes.
Regardez! Profitez! Les images parlent d’elles même. Pas besoins d’explications pour ressentir une émotion. Laissez vous aller dans ce voyage émotionnel, haut en couleur, produit avec amour. Accessible à tous !